Codex virtualis
Qui sont ils ?
En-tête
Calendrier
décembre 2019
L M M J V S D
« Août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Archives

Semaine 40-2018

Une citation

« Non moins que savoir, douter me plaît. »

Dante

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 40-2018 provient de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x40 du microscope photonique.

Elle est formée de deux parties semblables, délimitées par une cloison médiane. Chacune comporte un espace dont le fond semble vide et dans lequel sont dispersés des éléments isolés, ainsi qu’une structure continue partiellement visible.

 

Les éléments dispersés ont des formes diverses : certains sont ovales ou circulaires, d’autres portent de fines expansions. Leurs tailles sont également variées ainsi que la texture de leurs contenus, lisse ou granuleuse.
Tous contiennent une unité ovale ponctuée de taches sombres.

Il s’agit de cellules animales, leur limite externe matérialise la membrane plasmique, l’unité ovale ponctuée correspond à leur noyau et le contenu lisse ou granuleux est leur cytoplasme.

Isolées les unes des autres, elles sont appelées éléments figurés et baignent dans un liquide extracellulaire contenu dans un compartiment liquidien.

 

La cloison médiane isolant les deux compartiments est fine mais constituée de plusieurs couches d’organisations distinctes.

Au contact du liquide, une fine assise est présente. Elle est formée d’unités possédant une limite nette et contenant un noyau. Elles sont plates et jointes les unes aux autres.
Il s’agit de cellules constituant un épithélium simple et pavimenteux.

Sous chaque épithélium, un matériel fibreux est observé. Il comporte des cellules dispersées associées à du matériel extracellulaire fibreux. Il correspond à du tissu conjonctif fibreux.

Enfin, le cœur de la cloison est occupé par des cellules allongées, à noyau allongé et à cytoplasme lisse. Ce sont des fibres musculaires lisses.

 

Les structures denses situées des deux côtés de l’image sont elles aussi composites.

Au contact du liquide du compartiment, une couche épaisse et nettement granuleuse est visible. Elle est formée de cellules allongées, possédant chacune un noyau. Les noyaux sont situés à des niveaux variés, selon les cellules, et le cytoplasme contient de volumineux granules clairs.

Ces cellules constituent une couche continue entourant la paroi d’un organe.
La paroi apparaît formée d’un tissu dense constitué de fines unités allongées et homogènes, contenant chacune un noyau. Il s’agit d’une tunique de fibres musculaires lisses. Elle est surmontée par un tissu lâche comportant de fines fibres parmi lesquelles sont dispersées des cellules. Il correspond à du tissu conjonctif fibreux.
Une tunique continue est partiellement visible à son contact.

 

Une telle organisation suggère que la coupe est confectionnée dans un animal dont le corps est formé d’unités répétées. En l’occurrence, il s’agit d’une coupe d’Annélide, ou ver annelé, plus précisément d’un Lombric ou Ver de terre.

Les deux parties semblables correspondent à des portions de segments successifs le long de l’axe longitudinal, et la cloison les séparant à un dissépiment.
Les cavités contenant des éléments figurés sont des cavités cœlomiques, et les cellules qu’elles contiennent des leucocytes et des chloragocytes, décrits dans les articles des semaines 37-2018, 38-2018 et 39-2018 de Codex virtualis.

Les structures partiellement visibles aux deux extrémités de l’image sont des sections de tube digestif, dont la paroi comprend un épithélium incomplètement visible, entouré de tissu conjonctif fibreux et de tissu musculaire lisse. Une couche de chloragocytes est située autour de l’organe. Il a fait l’objet des articles des semaines 25-2018 et 26-2018.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Linthicum D. S., Stein E. A., Marks D. H. and Cooper E. L., 1977 – Electron-microscopic observations of normal coelomocytes from the earthworm, Lumbricus terrestris. Cell and Tissue Research, 185, 3 : 315-330 (adresse : https://link.springer.com/article/10.1007/BF00220292)
DOI : /10.1007/BF00220292

Stein E., Avtalion R.R. and Cooper E.L., 1977 – The coelomocytes of the earthworm Lumbricus terrestris : morphology and phagocytic properties. Journal of morphology, 153 : 467-477 (adresse : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/jmor.1051530310)
DOI : 10.1002/jmor.1051530310

 


Les commentaires sont fermés.

Portraits

Images et poésies


Albums d’images

Biodiversité urbaine
Le Souci

 

 

 

 

 

Délices histologiques
Panache de la Sabelle

À visiter

Des fleurs à notre porte