Codex virtualis
Qui sont ils ?
En-tête
Calendrier
juillet 2019
L M M J V S D
« Juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Archives

Au menu du Criquet…

 

Des feuilles de plantes prélevées et traitées par des pièces buccales

 

Un régime alimentaire composé de feuilles…

 

Les Criquets sont des Insectes orthoptères fréquemment observés en période estivale, en milieu ensoleillé. Outre la marche et le vol, ces animaux ont la particularité de pratiquer le saut, se déplaçant par des bonds de grande amplitude.
Ils sont identifiés à leurs courtes antennes orientées vers l’avant, qui les distinguent des Sauterelles et des Grillons, animaux apparentés possédant de longues antennes respectivement orientées vers l’arrière et vers l’avant.

Ils se nourrissent de feuilles de plantes, leur régime alimentaire est en conséquence qualifié de phytophage ou d’herbivore. Selon les espèces, un large éventail de plantes est source de nourriture – l’espèce est dite euryphage – ou l’alimentation exploite un nombre réduit de plantes – l’espèce est dit sténophage.

 

 

Criquet duettiste

Criquet duettiste (Lyon, septembre 2010)

Voir l’image légendée

 

La nourriture est maintenue à l’aide des pattes et prélevée puis traitée par des pièces dures entourant la bouche, appelées pièces buccales. De l’avant vers l’arrière, elles sont représentées par :

un labre ;

une paire de mandibules ;

une paire de maxilles portant chacune un palpe sensoriel ;

un labium muni d’une paire de palpes.

 

… palpées, happées, sectionnées et broyées par les pièces buccales

 

 

 

L’observation d’un Criquet ingérant de la nourriture montre que :

le labre antérieur est animé de mouvements avant-arrière
maintenant les aliments il les pousse en direction de la cavité buccale ;

les mandibules s’écartent et se rapprochent alternativement du plan médian de la tête, par des mouvements d’abduction et d’adduction
elles saisissent, sectionnent et concassent la nourriture ;

les maxilles possèdent un rôle sensoriel, tactile et gustatif, assuré par les palpes maxillaires, et par ailleurs amènent la nourriture aux mandibules grâce à leurs mouvements d’abduction et d’adduction
elles ont une fonction de sensibilité et de dilacération mais interviennent peu dans la mastication ;

le labium joue un rôle semblable à celui du labre, poussant la nourriture vers la bouche et les mandibules et maxilles, et exerce une fonction sensorielle.

Pendant la mastication, la nourriture est imprégnée de la salive produite par les glandes salivaires.

 

Un appareil buccal de type broyeur adapté à des aliments solides

 

Tête de Criquet

Tête de Criquet

Voir l’image légendée

 

La structure et l’agencement des pièces buccales du Criquet peuvent être examinés grâce à des montages entre lame et lamelle de tête entière ou de portions de tête, appelés montages in toto, observés au stéréomicroscope ou au microscope photonique.

 

Tête de Criquet

Tête de Criquet (montage in toto)

Voir l’image légendée

 

Le labre, en continuité avec la capsule céphalique, recouvre antérieurement les autres pièces buccales. Il est également désigné par le terme lèvre supérieure, en relation avec sa localisation et sa fonction.

Les mandibules, articulées avec la capsule céphalique en arrière du labre, apparaissent massives et robustes. Elles sont larges et leur bord libre porte des dents orientées vers la cavité buccale. Du côté externe, elles sont acérées et forment une région incisive assurant la section des feuilles. Du côté interne, elles sont émoussées et constituent une surface de broyage de la nourriture, déterminant une région molaire.
Les mandibules possèdent également des soies qui jouent le rôle de filtre pour les particules alimentaires.

Les maxilles sont des pièce buccales mobiles insérées sur la capsule céphalique en arrière des mandibules. Elles portent latéralement un palpe articulé sensible à la texture et au goût de la nourriture.
Elles sont formées d’une rame externe appelée galéa et d’une rame interne appelée lacinia. La galéa est plate et arrondie alors que la lacinia est étroite et terminée par des dents aiguës. Ce expansions ont pour principale fonction de maintenir les aliments, tout intervenant dans la mastication.
Palpe, galéa et lacinia sont portés par un stipe et un cardo, pièces basales articulées avec la capsule céphalique.

Le labium, postérieur, porte également le nom de lèvre inférieure. Il est constitué d’une région médiane plate portant latéralement deux palpes articulés à vocation sensorielle, tactile et gustative. La région centrale est formée de deux lames de grande surface appelées paraglosses, encadrant deux languettes, les glosses. En relation avec cet agencement, le labium est interprété comme issu de la fusion d’une paire de maxilles, chacune comportant un palpe externe, une paraglosse semblable à une galéa et une glosse similaire à une lacinia.
De même que pour les maxilles, des pièces basales assurent l’articulation du labium avec la capsule céphalique. Les pièces paires sont fusionnées en un postmentum ou postlabium, et un prémentum ou prélabium, correspondant respectivement aux cardos et aux stipes.

 

Labre et mandibules de Criquet

Labre et mandibules de Criquet (montage in toto)

Voir l’image légendée

 

Maxilles et labium de Criquet

Maxilles et labium de Criquet (montage in toto)

Voir l’image légendée

 

Partiellement dissociées et montées in toto, les pièces buccales montrent les mêmes caractéristiques plus aisées à discerner parfois.

Entre labre et labium, bordé par les mandibules et les maxilles apparaît une lame appelée hypopharynx. Elle sépare la cavité buccale en une région antérieure communiquant avec le tube digestif, désignée par le terme cibarium, et une région postérieure recevant la salive par l’intermédiaire de canaux salivaires, appelée salivarium.
Lors de la prise alimentaire, l’hypopharynx agit comme une langue.

Les pièces buccales ainsi décrites permettent l’exploration sensorielle d’une nourriture solide, son prélèvement, sa dilacération et son broyage, grâce aux palpes sensoriels, aux structures tranchantes et aux dispositifs d’écrasement qu’elles présentent. La section et le broyage des aliments mettent à profit des régions dures au niveau desquelles la cuticule est épaisse et très rigide en raison de leur sclérotinisation.
En relation avec leurs propriétés et leurs actions, les pièces buccales du Criquet appartiennent à un type qualifié de broyeur.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Un Insecte, mais lequel ? et Les Orthoptères de la rubrique Identification des Insectes de Codex virtualis

le site Les criquets ravageurs du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement – adresse : http://locust.cirad.fr/)

Lecoq M., 2012 – Bioécologie du Criquet pèlerin, module de formation sur la biologie et l’écologie du Criquet pèlerin. FAO-CLCPRO (Commission de lutte contre le Criquet pèlerin en région occidentale), 217p. Alger (adresse : https://www.researchgate.net/profile/Michel_Lecoq2/publication/257763109_Bioecologie_du_criquet_pelerin/links/54df2e840cf2953c22b14a08/Bioecologie-du-criquet-pelerin.pdf)

Louveaux A. et Dalle J.-P.: Mécanisme de la prise de nourriture chez le Criquet migrateur [vidéo en ligne].
In Canal-U (en ligne). Fondation Maison des sciences de l’homme (SFRS-CERIMES) [consulté le 29 août 2017] 1 vidéo 14 min. Disponible sur
https://www.canal-u.tv/video/cerimes/mecanisme_de_la_prise_de_nourriture_chez_le_criquet_migrateur.13293

Turquier Y., 1989 – L’organisme dans son milieu. 1. Les fonctions de nutrition. Doin, 315p. Paris

 

Pour accéder aux images de Criquets et Sauterelles des Parcs de Gerland et des Berges du Rhône

 

Pour accéder à la vidéo Mécanisme de la prise de nourriture chez le Criquet migrateur sur le site Canal-U

 

 

Portraits

Images et poésies


Albums d’images

Biodiversité urbaine
Le Souci

 

 

 

 

 

Délices histologiques
Panache de la Sabelle

À visiter

Des fleurs à notre porte