Codex virtualis
Qui sont ils ?
En-tête
Calendrier
juillet 2019
L M M J V S D
« Juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Archives

Glossaire : de I à O

 

iléon (nom masculin ; pluriel : iléons) : région du tube digestif (Euarthropodes), dernière partie de l’intestin grêle (Vertébrés)
(de eilein = rouler)

 

imaginal (féminin : imaginale ; pluriel : imaginaux, imaginales) : relatif à un imago
imag- = imago (de imago = image)

 

imago (nom masculin ; pluriel : imagos) : stade du cycle de vie d’un organisme animal, caractérisé par la capacité de se reproduire ; ce terme est surtout utilisé dans le cas des Insectes ; le terme adulte est utilisé comme synonyme mais étymologiquement, adulte signifie « qui ne grandit plus »)
(de imago = image)

 

immunitaire (féminin : immunitaire ; pluriel : immunitaires, immunitaires) : relatif à l’immunité
immunit- = immunité (de immunitas = sûreté, exemption de charge)

 

immunité (nom féminin ; pluriel : immunités) : ensemble des mécanismes de défense d’un animal vis-à-vis de facteurs étrangers, notamment pathogènes
(de immunitas = sûreté, exemption de charge)

 

incisive (nom féminin ; pluriel : incisives) : dent labiale généralement plate et tranchante en position médiane par rapport aux canines (Mammifères)
(de incisivus = tranchant)

 

indirect (féminin : indirecte ; pluriel : indirects, indirectes) : qualifie un développement dans lequel l’individu issu du développement embryonnaire est différent l’adulte en termes de morphologie, d’anatomie, de milieu et de mode de vie ; le développement embryonnaire conduit à une larve
in- = négation ; direct (de in = négation ; directus = en ligne droite)

 

inférieur (féminin : inférieure ; pluriel : inférieurs, inférieures) : qualifie une structure située en bas, ou en dessous d’une autre
(de inferior = comparatif de inferus = qui se trouve dessous)

 

ingestion (nom féminin ; pluriel : ingestions) : introduction de nourriture dans le tube digestif par la bouche
(de ingestio = introduction)

 

innervé (féminin : innervée ; pluriel : innervés, innervées) : qualifie une structure dans laquelle des nerfs sont présents
in- = dans ; -nerv- = nerf (de in = en, dans ; nervus = nerf)

 

Insecte (nom masculin ; pluriel : Insectes) : désigne un taxon d’animaux dont le corps est divisé en segments ; les Insectes sont des Euarthropodes hexapodes incluant par exemple le Criquet et la Mouche
(de insecta = coupé, divisé)

 

inspiration (nom féminin ; pluriel : inspirations) : processus permettant la pénétration de l’air dans l’appareil respiratoire, étape de la ventilation en milieu aérien
(de inspiratio avec in = en, dans ; spiratio = souffler)

 

intercalaire (féminin : intercalaire ; pluriel : intercalaires, intercalaires) : qualifie une structure située entre deux autres de nature similaire
(de intercalarius = intercalaire)

 

intercellulaire (féminin : intercellulaire ; pluriel : intercellulaires, intercellulaires) : qualifie une structure située ou un processus intervenant entre deux cellules
inter- = entre ; cellulaire (de inter = entre ; kutos = cellule)

 

intercostal (féminin : intercostale ; pluriel : intercostaux, intercostales) : qualifie une structure située ou un phénomène localisé entre deux côtes (Vertébrés)
inter- = entre ; cost- = côte (de inter = entre ; costa = côte)

 

intermétamérique (féminin : intermétamérique ; pluriel : intermétamériques, intermétamériques) : qualifie une structure située ou un processus intervenant entre deux métamères
inter- = entre ; métamérique (de inter = entre ; meta = ensuite ; meros = partie)

 

internalisation (nom féminin ; pluriel : internalisations) : processus de pénétration d’une substance ou d’intégration d’une structure, à l’intérieur d’une cellule ou d’un organisme
(de internus = à l’intérieur)

 

internalisé (féminin : internalisée ; pluriel : internalisés, internalisées) : qui a subi une internalisation (substance, structure)
internalis- = internalisation (de internus = à l’intérieur)

 

intérocepteur (nom masculin ; pluriel : intérocepteurs) : récepteur sensoriel sensible à des stimulations provenant de l’intérieur de l’organisme
intéro- = à l’intérieur ; -cepteur = récepteur (de interus = intérieur ; receptus = recevoir)

 

interradial (féminin : interradiale ; pluriel : interradiaux, interradiales) : relatif à l’interradius (Échinodermes)
interradi- = interradius (de inter = entre ; radius = rayon, baguette)

 

interradius (nom masculin ; pluriel : interradius) : région du corps ne portant pas de pieds ambulacraires, également appelée zone interambulacraire (Échinodermes)
inter- = entre ; radius (de inter = entre ; radius = rayon, baguette)

 

interrelation (nom féminin ; pluriel : interrelations) : relation réciproque entre deux cellules, tissus, organes, organismes
inter- = entre ; relation (de inter = entre ; relatio = rapport, amitié)

 

interspécifique (féminin : interspécifique ; pluriel : interspécifiques, interspécifiques) : qui concerne deux espèces distinctes
inter- = entre ; spécifique (de inter = entre ; specificus = propre à une espèce)

 

interstitiel (féminin : interstitielle ; pluriel : interstitiels, interstitielles) : qui est localisé dans les interstices d’un tissu ou d’un organe (cellule, tissu, liquide)
interstiti- = interstitium (de interstitium = se tenant entre)

 

interstitium (nom masculin ; pluriel : interstitiums) : espace situé entre les unités fonctionnelles d’un organe, généralement occupé par du tissu conjonctif fibreux et du liquide interstitiel (Vertébrés)
(de interstitium = se tenant entre)

 

intertubulaire (féminin : intertubulaire ; pluriel : intertubulaires, intertubulaires) : qualifie un phénomène intervenant ou une structure localisée entre deux tubules
inter -= entre ; tubulaire (de inter = entre ; tubulus = diminutif de tubus = tube)

 

intestin (nom masculin ; pluriel : intestins) : organe du tube digestif, situé généralement entre l’estomac et le rectum, impliqué dans la digestion des molécules alimentaires et l’absorption des molécules en résultant
(de intestinum = intestin)

 

intestinal (féminin : intestinale ; pluriel : intestinaux, intestinales) : relatif à l’intestin
intestin- = intestin (de intestinum = intestin)

 

intima (nom féminin ; pluriel : intimas) : tunique interne de la paroi des vaisseaux sanguins, constituée d’un endothélium et de tissu conjonctif fibreux (Vertébrés)
(de intimus = tout à fait intérieur)

 

intracellulaire (féminin : intracellulaire ; pluriel : intracellulaires, intracellulaires) : localisé à l’intérieur d’une cellule
intra- = à l’intérieur ; cellulaire (de intra = en-dedans ; kutos = cellule)

 

intracœlomique (féminin : intracœlomique ; pluriel : intracœlomiques, intracœlomiques) : localisé dans une cavité cœlomique
intra- = à l’intérieur ; cœlomique (de intra = en-dedans ; koiloma = cavité)

 

intracytoplasmique (féminin : intracytoplasmique ; pluriel : intracytoplasmiques, intracytoplasmiques) : localisé dans le cytoplasme
intra- = à l’intérieur ; cytoplasmique (de intra = en-dedans ; kutos = cellule ; plasma = ouvrage façonné)

 

intranéphronique (féminin : intranéphronique ; pluriel : intranéphroniques, intranéphroniques) : situé dans un néphron
intra- = à l’intérieur ; néphronique (de intra = en-dedans ; nephros = rein)

 

intrapulmonaire (féminin : intrapulmonaires ; pluriel : intrapulmonaires, intrapulmonaires) : localisé à l’intérieur d’un poumon
intra = à l’intérieur ; pulmonaire (de intra = en-dedans ; pulmo = poumon)

 

intraspécifique (féminin : intraspécifique ; pluriel : intraspécifiques, intraspécifiques) : qui concerne une unique espèce
intra- = à l’intérieur ; spécifique (de intra = en-dedans ; specificus = propre à une espèce)

 

intratissulaire (féminin : intratissulaire ; pluriel : intratissulaires, intratissulaires) : situé à l’intérieur d’un tissu
intra- = à l’intérieur ; tissulaire (de intra = en-dedans ; tistre = tisser)

 

invagination (nom féminin ; pluriel : invaginations) : repli d’une structure (paroi d’un organe, couche de cellules, membrane plasmique) vers l’intérieur
(de in = en, dans ; vagina = gaine)

 

involution (nom féminin ; pluriel : involutions) : processus conduisant à la régression ou à l’invagination d’une structure
(de involutio = enroulement)

 

ionorégulation (nom féminin ; pluriel : ionorégulations) : processus permettant le maintien de la concentration d’un ion du milieu intérieur dans une fourchette de valeurs
ion- = ion ; régulation (de ion = allant ; regularer = régler)

 

irrigation (nom féminin ; pluriel : irrigations) : circulation du milieu intérieur dans un organe
(de irrigatio = arrosage)

 

irrigué (féminin : irriguée ; pluriel : irrigués, irriguées) : qui est perfusé, dans lequel le milieu intérieur circule
irrig- = irrigation (de irrigatio = arrosage)

 

isoosmotique (féminin : isoosmotique ; pluriel : isoosmotiques, isoosmotiques) : qualifie une solution dont la concentration osmotique est identique à celle de la solution à laquelle elle est comparée
is(o)- = égal ; osmotique (de isos = égal ; osmos = poussée)

 

jabot (nom masculin ; pluriel : jabots) : région du tube digestif antérieur, dilatable et susceptible de stocker de la nourriture ; le jabot est généralement une portion spécialisée de l’œsophage
(de gaba = jabot)

 

jéjunum (nom masculin ; pluriel : jéjunums) : partie de l’intestin grêle située entre le duodénum et l’iléon (Vertébrés)
(de jejunum intestinum = intestin à jeun)

 

jugal (féminin : jugale ; pluriel : jugaux, jugales) : relatif à la joue
(de jugalis = joue)

 

juvénile (féminin : juvénile ; pluriel : juvéniles, juvéniles) : qualifie un stade du cycle de vie similaire à l’adulte en termes de morphologie, d’anatomie, de mode et/ou de milieu de vie ; en cas de développement direct le stade juvénile est issu de l’éclosion de l’œuf ou de la parturition alors qu’en cas de développement indirect, il intervient après la métamorphose ; la phase juvénile est une période de croissance
(de juvenis = jeune)

 

kératine (nom féminin ; pluriel : kératines) : protéine fibreuse insoluble et résistante à l’étirement, riche en cystéines reliées entre elles par des ponts disulfures, produite par les cellules de l’épiderme (Vertébrés tétrapodes)
de kerat- = corne ; -ine = substance (de keratos = corne)

 

kératinisé (féminin : kératinisée ; pluriel : kératinisés, kératinisées) : qui contient de la kératine
kératin- = kératine (de keratos = corne)

 

kinétocil (nom masculin ; pluriel : kinétocils) : cil sensible au mouvement
kin- = mouvement ; cil (de kinetos = mobile ; cilium = cil)

 

larve : stade du développement pendant lequel l’individu est très différent de l’adulte en termes de morphologie, d’anatomie, de physiologie, de mode et de milieu de vie ; la larve est issue du développement embryonnaire ; la phase larvaire est une période de croissance
Chez les Insectes, les principaux types de formes larvaires sont les larves éruciformes ou chenilles , larves campodéiformes , larves mélolonthoïdes (ou scarabéiformes ou vers blancs) , larves vermiformes (avec notamment les asticots).

 

Lépidoptère : ordre d’Insectes correspondant aux Papillons, caractérisés notamment par la présence de deux paires d’ailes, portant des écailles, et un appareil buccal modifié en trompe enroulée au repos
Étymologiquement « lepidos » signifie « écaille » et « pteron » signifie « aile », le terme Lépidoptère est une référence aux ailes recouvertes d’écailles

 

lymphe : chez les Vertébrés, liquide corporel présent dans les tissus et dans un réseau vasculaire spécifique, formé à partir du sang et déversé dans l’appareil circulatoire

 

macrophagie : prise alimentaire réalisée aux dépens de particules de grande taille par rapport à la taille de l’organisme les ingérant
La macrophagie est opposée à la microphagie, prise alimentaire concernant des particules de petite taille par rapport à celle de l’organisme les ingérant. Toutes deux relèvent de la phagotrophie, ingestion de matière organique sous forme de particules.
Étymologiquement, « macro » signifie « de grande dimension » et « phagie » signifie « se nourrir de », le terme macrophagie désigne une alimentation à partir de particules de grande taille.

 

macroptère : qualifie un Insecte à ailes bien développées

 

malacophagie : régime alimentaire basé sur la consommation de Mollusques
Le terme malacophagie est synonyme de molluscivorie. Ce régime alimentaire relève de la macrophagie.

 

mandibule : chez les Arthropodes, pièce buccale impliquée dans le broyage de la nourriture lorsqu’elle est bien développée ; la mandibule est également appelée mâchoire

 

maxille : chez les Arthropodes insectes, pièce buccale située en arrière de la mandibule, formée d’une région interne (lacinia) et d’une région externe (galéa), portant généralement un palpe maxillaire sensoriel

 

mécanorécepteur : désigne ou qualifie une structure sensible à une stimulation mécanique

 

méiose : processus constitué de deux divisions cellulaires successives, précédées d’une unique duplication des chromosomes, permettant la transition entre diploïdie et haploïdie ; la première division répartit les chromosomes homologues de la cellule mère entre les deux cellules filles alors que la seconde répartit les chromatides sœurs des cellules filles entre leurs descendantes
Chez les animaux, la méiose intervient lors de la formation des gamètes. Les cellules à l’origine des gamètes sont désignées par le radical « gonies », précédé du préfixe spermato- dans le cas de la lignée mâle et du préfixe ovo- pour la lignée femelle. Les « gonies » subissent des divisions cellulaires conformes appelées mitoses et donnent ainsi naissance à des cellules appelées « cytes I » (spermato- ou ovo-). Par la première division de la méiose, chaque « cyte I » est à l’origine de deux « cytes II » (spermato- ou ovo-). La seconde division de méiose produit, à partir de chaque « cyte II » deux « tides » (spermato- ou ovo-), dont la différenciation aboutit aux gamètes (spermatozoïdes pour les mâles et ovules pour les femelles).
Les divisions cellulaires comportent plusieurs phases successives : la prophase, la métaphase, l’anaphase, la télophase et la cytodiérèse.
Pendant la prophase, les chromosomes deviennent progressivement compacts, en raison de la condensation de la chromatine qui les constitue. Ils sont visibles sous forme de filaments, courts et épais. Parallèlement, un fuseau de division est mis en place, ensemble de filaments du cytosquelette permettant le déplacement des chromosomes.
Lors de la métaphase, l’enveloppe nucléaire disparaît et les chromosomes migrent jusqu’à être situés dans le plan équatorial du fuseau de division.
Au cours de l’anaphase, les chromatides sœurs (en mitose ou en seconde division de méiose) ou les chromosomes homologues (en première division de méiose), organisés en deux lots équivalents, se séparent et migrent chacun vers un pôle du fuseau de division.
Au moment de la télophase, les enveloppes nucléaires se forment autour de chaque lot de matériel génétique dont la décompaction débute. Le fuseau de division est progressivement désorganisé.
Intervient alors la séparation des cellules filles, chacune emportant un noyau nouvellement formé, appelée cytodiérèse.
Dans ce contexte, la prophase de la première division de méiose est longue et complexe. Elle est divisée en cinq étapes appelées leptotène, zygotène, pachytène, diplotène et diacinèse.
Pendant le stade leptotène intervient l’individualisation des chromosomes, sous forme de filaments longs et grêles associés par deux, chaque filament d’un chromosome correspondant à une chromatide. Leurs extrémités sont reliées à l’enveloppe nucléaire.
Lors du stade zygotène, les chromosomes homologues s’apparient par paires, leurs extrémités toujours fixées à l’enveloppe nucléaire.
Au cours du stade pachytène interviennent le détachement de leurs extrémités de l’enveloppe nucléaire et la compaction des chromatides. Les chromosomes toujours associés deux à deux deviennent courts et épais.
Au moment du stade diplotène, les deux chromatides formant chaque chromosome sont bien visibles au sein des paires de chromosomes. Des groupes de quatre chromatides accolées ponctuellement sont observées, alors que progressivement les chromosomes homologues se séparent.
Pendant la phase de diacinèse, la séparation des chromosomes homologues se poursuit ainsi que la compaction des chromatides, se manifestant en particluier par leur raccourcissement.

 

mélolonthoïde : qualifie une forme larvaire des Insectes également appelée ver blanc, peu agile, se déplaçant peu et vivant sous terre ou dans le bois en décomposition, se nourrissant de végétaux, de matière organique en décomposition, de graines, fruits et tiges ; synonyme de scarabéioforme
Présente chez les Coléoptères comme le Hanneton ou le Bousier et divers Hyménoptères, la larve mélolonthoïde possède un corps mou et un abdomen volumineux replié sous la face ventrale, au sein duquel les excréments sont accumulés, dans une poche rectale en cul de sac ; la tête sclérifiée porte des pièces buccales de type broyeur mais est dépourvue d’yeux composés et d’ocelles.

 

membrane articulaire : élément souple de la paroi corporelle, permettant les mouvements ; les membranes articulaires sont formées d’épiderme et de cuticule, leur flexibilité étant liée à l’absence d’exocuticule

 

mésothorax : deuxième segment thoracique chez les Insectes

 

métamère : segment corporel, formé autour d’une paire de cavités cœlomiques ; un métamère comporte classiquement diverses structures morphologiques et anatomiques (une paire d’appendices, de ganglions nerveux, d’organes excréteurs, d’organes reproducteurs ainsi que des muscles, des vaisseaux etc.) ; le corps d’un animal métamérisé est formé d’une succession de métamères le long de l’axe antéro-postérieur

 

métamorphose : changement de forme, de fonctionnement, de mode et de milieu de vie intervenant au cours du développement post-embryonnaire ; selon les groupes considérés, la métamorphose donne naissance à un individu juvénile (par exemple chez les grenouilles) ou adulte (imago – par exemple chez les Insectes)
Étymologiquement « méta » indique un processus de changement et « morphose » signifie « événement concernant une forme », « métamorphose » signifie « changement de forme »

 

métathorax : troisième segment thoracique chez les Insectes

 

microphagie : prise alimentaire réalisée aux dépens de particules de petite taille par rapport à la taille de l’organisme les ingérant, en général indépendante de l’origine des particules (bactéries, plancton végétal ou animal, débris provenant de végétaux ou d’animaux…)
La microphagie peut être effectuée par filtration de l’eau en milieu aquatique (suspensivorie) ou par ingestion du substrat (psammivorie, limivorie). Elle est opposée à la macrophagie, prise alimentaire concernant des particules de grande taille par rapport à celle de l’organisme ou de liquide. Toutes deux relèvent de la phagotrophie, ingestion de matière organique sous forme de particules.
Étymologiquement, « micro » signifie « de dimension réduite » et « phagie » signifie « se nourrir de », le terme macrophagie désigne une alimentation à partir de particules de petite taille.

 

microptère : qualifie un Insectes à ailes bien réduites

 

molluscivorie : régime alimentaire basé sur la consommation de Mollusques
Le terme molluscivorie est synonyme de malacophagie. Ce régime alimentaire relève de la macrophagie.

 

mucocyte : cellule sécrétrice de mucus
Étymologiquement « cyte » signifie cellule, le terme « mucocyte » désigne une cellule à mucus.

 

mue : modification du tégument, partielle ou complète, intervenant au cours du développement ou de manière saisonnière ; chez les animaux possédant une cuticule rigide, la mue est un événement du développement post-embryonnaire et parfois de la vie adulte, correspondant à un renouvellement de la cuticule et permettant l’augmentation de la taille des individus
Chez les Insectes :
une mue se produisant entre deux stades larvaires est appelée mue larvaire ;
une mue intervenant entre un stade larvaire et un stade nymphal est dite larvo-nymphale ;
une mue permettant la transition entre un stade nymphal et un stade imaginal est qualifiée de mue nympho-imaginale ;
une mue imaginale permet l’émergence de l’imago.

 

muqueuse : tunique formée d’un tissu épithélial et d’un tissu conjonctif fibreux, située à l’interface entre le milieu extérieur et le milieu intérieur de l’organisme au niveau d’une cavité corporelle
La paroi de l’intestin des Vertébrés comporte, de la lumière vers la périphérie, une muqueuse, une sous-muqueuse, une musculeuse et une séreuse.

 

musculeuse : tunique constituée d’une association de tissu musculaire, de tissu conjonctif fibreux et de tissu nerveux, assurant la motricité des organes

 

nervation : ensemble des nervures parcourant les ailes des Insectes ; l’aile des Insectes est constituée par un repli tégumentaire surmonté de cuticule, soutenu par des nervures

 

nervure : ligne saillante courant à la surface de l’aile ; les nervures contiennent des trachées, des fibres nerveuses et de l’hémolymphe ; au moment de la mue, le déploiement de l’aile est lié au remplissage des nervures par l’hémolymphe

 

neuropile : région du système nerveux dans laquelle le tissu nerveux est formé essentiellement de prolongements de neurones et de cellules gliales
Chez les Vertébrés, la substance blanche de l’encéphale et de la moelle épinière, ainsi que le cœur de certains ganglions périphériques sont formés de neuropile.

 

nymphe : stade du développement post-embryonnaire des Insectes ; la nymphe est généralement peu mobile et ne s’alimente pas, mais elle acquiert les caractères extérieurs de l’imago par exemple les yeux composés, antennes, pièces buccales, appendices, ailes, lors de la métamorphose
Les principales formes nymphales des Insectes sont les nymphes libres ou nues, les nymphes momies (comme les chrysalides), les pupes.

 

nymphe libre : forme nymphale des Insectes, également appelées nymphe nue ; présente chez divers Coléoptères (Dytique, ver de farine), Névroptères, Hyménoptères et quelques Lépidoptères, la nymphe nue est blanchâtre, immobile (des flexions abdominales sont cependant à l’origine de déplacements parfois) et possède des appendices appliqués le long du corps

 

nymphe momie : forme nymphale des Insectes, également appelée nymphe emmaillotée ; présente chez les Lépidoptères, certains Diptères (Brachycères) et certains Coléoptères (Coccinelles, Staphylins), la nymphe momie est caractérisée par l’adhérence des appendices et des ailes au corps, généralement rigide (sclérotinisé) et parfois entouré d’un cocon de soie, elle peut être animée de mouvements

 

nymphose : ensemble des phénomènes transformant la larve d’Insecte en nymphe

 

ocelle :

organe sensoriel photosensible simple ; le plus souvent, trois ocelles sont présents sur la tête chez les Insectes

tache circulaire ornant le tégument et évoquant un œil

 

Odonate : ordre d’Insectes correspondant aux Demoiselles et aux Libellules, caractérisées notamment par la présence de deux paires d’ailes transparentes, la possession d’yeux de grande taille et d’antennes réduites, et un appareil buccal comportant des mandibules hérissées de dents
Étymologiquement « odonate » signifie « pourvu de dents », le terme fait référence aux mandibules dentées

 

œil composé : organe sensoriel pair, situé sur le côté de la tête, siège de la vue chez les Arthropodes ; l’œil composé est formé d’unités sensorielles, les ommatidies

 

œuf : cellule diploïde résultant de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde ou d’une activation parthénogénétique
Dans le sens courant, le terme « œuf » désigne une structure émise dans le milieu par la femelle lors de l’oviposition (ponte) ; dans ce cas il peut s’agir d’un ovule non fécondé (cas des Amphibiens, des Téléostéens) ou d’un embryon jeune, résultant de la fécondation (œuf embryonné des Insectes, des Oiseaux) ; il s’agit d’une structure composite comprenant des enveloppes et généralement des réserves

 

oothèque : capsule contenant les œufs, s’ajoutant aux enveloppes individuelles entourant chaque œuf

 

oreillette : cavité cardiaque recevant le liquide circulant dans les veines

 

Orthoptère : ordre d’Insectes correspondant aux Criquets, Grillons et Sauterelles, caractérisés notamment par la présence de deux paires d’ailes parfois réduites, la première étant épaisse et rigide (ailes transformées en élytres), la possession d’une troisième paire de pattes développées et adaptées au saut, et un appareil buccal de type broyeur aux mandibules puissantes
Étymologiquement « ortho » signifie « droit, rigide » et « pteron » signifie « aile », le terme Orthoptère fait référence aux ailes antérieures transformées en élytres

 

oviscapte : structure impliquée dans la ponte (oviposition ou dépôt des œufs) chez les Insectes femelles
Oviscapte est synonyme d’ovipositeur.

 

oviparité : développement de l’œuf hors de l’organisme parent ; chez les organismes ovipares, les œufs sont pondus avant ou après fécondation, et se développent dans le milieu extérieur aquatique ou aérien, l’éclosion intervenant après une période d’incubation externe plus ou moins longue
Étymologiquement « ovi » signifie « œuf » et « pare » signifie « qui met au monde, qui se reproduit », le terme « oviparité » fait référence à une reproduction impliquant un œuf.

 

ovipositeur : ovipositeur est synonyme d’oviscapte.

 

ovule : gamète femelle, cellule germinale expulsée par l’ovaire (processus d’ovulation) et susceptible d’être fécondée
Selon les espèces et les groupes, le stade de la méiose atteint par la cellule germinale femelle au moment de l’ovulation, et en conséquence de la fécondation, varie. L’ovule est un ovocyte I chez les Insectes par exemple, un ovocyte II chez les Vertébrés et un ovotide dans la cas des Oursins.

 

Portraits

Images et poésies


Albums d’images

Biodiversité urbaine
Le Souci

 

 

 

 

 

Délices histologiques
Panache de la Sabelle

À visiter

Des fleurs à notre porte