Codex virtualis
Qui sont ils ?
En-tête
Calendrier
mai 2019
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Archives

Archive pour le 20 mai 2019

Semaine 21-2019

Une citation

« Il est difficile de trouver le bonheur en nous, et impossible de le trouver ailleurs. »

N. de Chamfort

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 21-2019 provient de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x20 du microscope photonique.

Elle comporte deux ensembles baignant dans un espace semblant vide. Le premier situé à droite présente deux lacunes, de forme approximativement ovale, alors que le second localisé à gauche apparaît plus compact.

 

Les lacunes de l’ensemble de droite sont bordées de parois relativement épaisses, constituées d’unités accolées contenant des sous-unités ovales finement ponctuées et entourées d’un espace granuleux.
Cette organisation est caractéristique des cellules animales, les sous-unités ovales correspondant à des noyaux et l’espace les entourant à du cytoplasme.

En l’occurrence, les parois délimitant les lacunes sont formées d’une unique couche de cellules, continue. Il s’agit d’épithéliums simples bordant une lumière. Les ensembles paroi et lumière correspondent vraisemblablement à deux tubes coupés transversalement.

Les cellules apparaissent plus hautes que larges, déterminant un épithélium prismatique ou cylindrique.
Selon la section de tube, elles possèdent des organisations distinctes. Les cellules du tube de gauche présentent des granulations basales denses et de longues expansions apicales ondulées correspondant à une ciliature. Les cellules du tube de droite comportent des granulations plus discrètes mais un liseré apical marqué et strié, constituant une bordure en brosse.

Une fine couche continue de cellules entoure l’ensemble de droite, constituant un épithélium simple et pavimenteux.

 

Le massif situé à gauche est formé de multiples cellules juxtaposées, d’organisations diverses. Leur cytoplasme est plus ou moins abondant, dense et granuleux.

 

L’espace semblant vide qui entoure les structures décrites correspond vraisemblablement à une cavité liquidienne. Elle contient des organes tubuleux entourés d’un épithélium simple pavimenteux et des cellules isolées groupées en amas.

Une telle organisation est caractéristique du plan d’organisation des Annélides, Vers annelés comme le Lombric, la cavité liquidienne est une cavité cœlomique remplie de liquide dans lequel des cellules isolées, les cœlomocytes, sont présentes.

Les structures tubuleuses baignant dans le liquide cœlomique correspondent à des organes excréteurs, appelés métanéphridies. Elles sont présentées dans l’article de la semaine 18-2019 de Codex virtualis.

Une métanéphridie est formée d’un pavillon cilié, en forme d’entonnoir, le néphrostome. Il est décrit dans l’article de la semaine 17-2019.
Un tube néphridien contourné lui fait suite. Il est constitué d’un segment grêle creusé dans des cellules drain ciliées puis d’un segment moyen d’organisation similaire mais de diamètre plus important. Ils sont décrits dans les articles des semaines 19-2019 et 20-2019.
Le tube néphridien comprend également un segment large lui-même divisé en une région proximale et une région distale. L’image de la semaine 21-2019 illustre les segments moyen et large proximal.

En termes fonctionnels, les battements des cils du néphrostome mettent en mouvement le liquide cœlomique et provoquent son entrée dans le tube néphridien. Le liquide cœlomique est chargé des déchets du métabolisme qui lui sont transmis à partir du sang par un processus de filtration à travers la paroi des vaisseaux sanguins et l’épithélium cœlomique.
Le liquide cœlomique devient ainsi l’urine primitive.

Le tube néphridien est responsable de la modification de la composition de l’urine primitive par le biais de sécrétions et de réabsorptions, échanges réalisés à travers sa paroi avec le sang des vaisseaux sanguins qui lui sont associés.
Dans le segment large interviennent en particulier des réabsorptions de protéines, d’ions et d’eau.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Goodrich E.S., 1932 – On the nephridiostome of Lumbricus. Quarterly journal of microscopical science, 75 : 165-179 (adresse : http://jcs.biologists.org/content/joces/s2-75/297/165.full.pdf)

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Ramsay J.A., 1949 – The site of formation of hypotonic urine in the nephridium of Lumbricus. Journal of experimental biology, 26 : 65-75 (adresse : http://jeb.biologists.org/content/jexbio/26/1/65.full.pdf)

 


Portraits

Images et poésies


Albums d’images

Biodiversité urbaine
Le Souci

 

 

 

 

 

Délices histologiques
Panache de la Sabelle

À visiter

Des fleurs à notre porte