Codex virtualis
Qui sont ils ?
En-tête
Calendrier
mars 2019
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Archives

Archive pour mars 2019

Semaine 13-2019

Une citation

« Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s’est passé. »

T. Pratchett

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 13-2019 provient de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x40 du microscope photonique.

Elle représente une portion triangulaire d’organe, contenant des unités de dimensions diverses semblant isolées les unes des autres par de fines enveloppes.
La plupart comportent une sous-unité claire dans laquelle des ponctuations et des filaments sombres sont présents. Elle est entourée d’une couronne intensément colorée et granuleuse.
Cette organisation est caractéristique des cellules animales, la sous-unité claire correspond au noyau contenant de la chromatine et la couronne l’entourant au cytoplasme.

 

Les cellules ont des dimensions différentes en raison de l’abondance variable du cytoplasme, leurs noyaux apparaissant de tailles similaires quand ils sont visibles.
Il est vraisemblable que les cellules volumineuses comportent des réserves cytoplasmiques alors que les petites cellules en contiennent peu.

Parallèlement, les contenus nucléaires sont divers, la chromatine se présentant sous forme d’amas ou de filaments plus ou moins épais.
L’existence des filaments de chromatine, correspondant à des chromosomes condensés, suggère que les cellules sont à différents stades de l’évolution nucléaire caractéristique des divisions cellulaires. En l’occurrence, les filaments très épais et courts sont rencontrés au cours de la prophase de première division de méiose au stade pachytène.

Un tel organe, contenant des cellules de dimensions diverses et en cours de méiose, est un ovaire. Il s’agit d’un ovaire de Lombric, également appelé Ver de terre, appartenant au groupe des Annélides oligochètes.
Son organisation générale ainsi que son détail sont décrits dans les articles des semaines 10-2019, 11-2019 et 12-2019 de Codex virtualis.

 

Chez le Lombric, l’ovaire est délimité extérieurement par une enveloppe formée d’une couche de cellules plates reposant sur une fine couche fibreuse. Elles déterminent un épithélium simple et pavimenteux associé à du tissu conjonctif fibreux. L’ensemble constitue la limite de la cavité cœlomique.

Chaque ovocyte est en outre entouré d’une tunique fibreuse ainsi que de cellules plates. Qualifiées de folliculaires, elles constituent un follicule au sein duquel est situé l’ovocyte.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Gorgees N. S. and Khalid V. A., 2017 – Histomorphology of the ovaries of the earthworm, Dendrobaena atheca Cernosvitov (Annelida, Clitellata: Oligochaeta). Journal of Morphological Science, 34, 3 : 178-185 (adresse : https://www.thieme-connect.de/products/ejournals/abstract/10.4322/jms.117817)
DOI : 10.4322/jms.117817

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Siekierska E., 2003 – The structure of the ovary and oogenesis in the earthworm, Dendrobaena veneta (Annelida, Clitellata). Tissue & Cell, 35 : 252–259
DOI : 10.1016/S0040-8166(03)00038-7

 


Semaine 12-2019

Une citation

« Il suivait son idée. C’était une idée fixe et il était surpris de ne pas avancer. »

J. Prévert

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 12-2019 est issue de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x40 du microscope photonique.

Elle comporte de multiples unités juxtaposées, comprenant chacune une structure centrale circulaire ou ovale bien délimitée, entourée d’une masse granuleuse périphérique peu importante.
La structure centrale contient des amas sombres périphériques ou des filaments d’épaisseur variable ainsi qu’un fond pâle.
Il s’agit d’un noyau, entouré d’un cytoplasme, l’ensemble correspondant à une cellule animale.

Le noyau étant volumineux par rapport au cytoplasme, le rapport nucléoplasmique de ces cellules est élevé.

 

Les cellules présentes dans l’organe diffèrent par l’organisation de leurs noyaux. Ils contiennent des taches sombres accolées à la face interne de l’enveloppe nucléaire ou des filaments. Ces structures représentent deux formes de la chromatine, en amas et condensée en chromosomes.
Elles révèlent que les cellules sont à différents stades d’une évolution nucléaire.

En l’occurrence, la présence de filaments épais dans certains noyaux suggère que les cellules qui les contiennent sont entrées en prophase de première division de méiose.
L’organe correspond vraisemblablement à une gonade au sein de laquelle des cellules germinales évoluent en gamètes, processus appelé gamétogenèse.

Certaines cellules possèdent en outre un cytoplasme relativement plus abondant.

 

Entre les cellules germinales, des fibres sont présentes ainsi que des cellules allongées à noyau finement ponctué et cytoplasme granuleux peu coloré.

Il s’agit de tissu conjonctif fibreux et de cellules somatiques, non reproductrices.

 

L’organisation ainsi décrite est caractéristique d’un ovaire. En absence de cavité interne, il peut être qualifié de plein.

Organe à l’origine des gamètes femelles ou ovules, il est le siège de l’ovogenèse.
Schématiquement, les cellules germinales appelées ovogonies, par division mitotique, donnent naissance à des ovocytes I qui effectuent la première division de méiose. Elles produisent des cellules filles désignées par le terme ovocytes II qui subissent la deuxième division de méiose et conduisent à des ovotides.
Parallèlement à cette évolution nucléaire, une évolution cytoplasmique intervient, avec l’accumulation de réserves constituant le vitellus, généralement déposé au stade ovocyte I.

Les cellules présentes sont au début de leur évolution. Les cellules dont les noyaux comportent des amas de chromatine périphériques sont des ovogonies, et les cellules dont les noyaux contiennent des chromosomes sont des ovocytes I ayant débuté la première division de méiose.
En l’occurrence, il s’agit d’un ovaire de Lombric, Annélide oligochète, dont l’organisation générale a fait l’objet de l’article de la semaine 10-2019 de Codex virtualis, et les ovocytes I en vitellogenèse de celui de la semaine 11-2019.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Gorgees N. S. and Khalid V. A., 2017 – Histomorphology of the ovaries of the earthworm, Dendrobaena atheca Cernosvitov (Annelida, Clitellata: Oligochaeta). Journal of Morphological Science, 34, 3 : 178-185 (adresse : https://www.thieme-connect.de/products/ejournals/abstract/10.4322/jms.117817)
DOI : 10.4322/jms.117817

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Siekierska E., 2003 – The structure of the ovary and oogenesis in the earthworm, Dendrobaena veneta (Annelida, Clitellata). Tissue & Cell, 35 : 252–259
DOI : 10.1016/S0040-8166(03)00038-7

 


Semaine 11-2019

Une citation

« Le sang s’hérite et la vertu s’acquiert, et la vertu vaut par elle seule ce que le sang ne peut valoir. »

M. de Cervantes

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 11-2019 provient de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x40 du microscope photonique.

Elle représente un organe dense dépourvu de cavité, et constitué d’unités ovoïdes de dimensions diverses.
Chacune comporte une sous-unité circulaire dans laquelle des structures granuleuses ou filamenteuses sont présentes.
Il s’agit de cellules animales contenant un noyau.

 

La cellule centrale comporte un noyau dans lequel un nucléole est visible ainsi que des filaments épais correspondants à des chromosomes. De grande taille, elle comprend un cytoplasme abondant dans lequel de nombreux granules sont présents. Certains sont fins alors que d’autres sont très volumineux.
Elle est entourée d’une enveloppe fibreuse.

Une telle organisation suggère qu’il s’agit d’une cellule germinale femelle : les chromosomes individualisés sont caractéristiques des cellules en cours de division, et le cytoplasme granuleux abondant est rencontré dans les cellules accumulant des réserves comme le vitellus.
En l’occurrence, elle correspond à un ovocyte I en prophase de première division de méiose. Elle est en phase de vitellogenèse, c’est-à-dire de dépôt de réserves.

Des cellules de dimensions réduites, dont le noyau contient des chromosomes mais dont le cytoplasme est peu abondant, sont également présentes.
Ce sont vraisemblablement des ovocytes I ayant atteint le même stade de la méiose mais dont la vitellogenèse n’est que peu avancée.

 

Enfin, des cellules légèrement allongées sont associées aux ovocytes. Elles possèdent un noyau ovale, muni d’un nucléole excentré et de chromatine en amas et en réseau. Elles constituent des chaînes associées aux ovocytes I.
Il s’agit de trophocytes, ou cellules nourricières, dérivant d’ovogonies. Connectées par des ponts cytoplasmiques à l’ovocyte qu’elles accompagnent, elles pourraient jouer un rôle nutritif et seraient impliquées dans le dépôt du vitellus.

 

L’organe ainsi décrit, au sein duquel est réalisée la formation des cellules sexuelles femelles ou ovogenèse, correspond à un ovaire. Son organisation, avec des ovocytes I en cours de vitellogenèse et des trophocytes, suggère qu’il appartient à un animal ovipare.

En l’occurrence, il s’agit d’un ovaire de Lombric, Annélide oligochète, dont la situation et la structure générale sont décrites dans l’article de la semaine 10-2019 de Codex virtualis.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Gorgees N. S. and Khalid V. A., 2017 – Histomorphology of the ovaries of the earthworm, Dendrobaena atheca Cernosvitov (Annelida, Clitellata: Oligochaeta). Journal of Morphological Science, 34, 3 : 178-185 (adresse : https://www.thieme-connect.de/products/ejournals/abstract/10.4322/jms.117817)
DOI : 10.4322/jms.117817

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Siekierska E., 2003 – The structure of the ovary and oogenesis in the earthworm, Dendrobaena veneta (Annelida, Clitellata). Tissue & Cell, 35 : 252–259
DOI : 10.1016/S0040-8166(03)00038-7

 


Semaine 10-2019

Une citation

« La bonne éducation consiste à cacher tout le bien que nous pensons de nous-mêmes et le peu de bien que nous pensons des autres. »

M. Twain

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 10-2019 résulte de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x10 du microscope photonique.

Elle comporte une structure ovoïde et volumineuse en haut à gauche et une structure épaisse et ondulée en bas à droite.
Toutes deux sont entourées d’espaces semblant vides et délimités par des cloisons transversales, fine à gauche et épaisse à droite, contenant chacune une masse circulaire homogène intensément colorée.

 

Dans les espaces semblant vides, de petites unités polymorphes sont présentes. Elles contiennent de petites sous-unités ovales. Il s’agit vraisemblablement de cellules animales et de leurs noyaux, libres dans une cavité liquidienne.

Une telle organisation suggère que le corps de l’animal ayant servi à confectionner la coupe est constitué de segments, séparés par des cloisons et contenant des cavités liquidiennes.

Les cloisons sont constituées de deux fins filets continus entourant une masse fibreuse peu épaisse, et dans la cloison de droite, une large région centrale formée de fibres transversales entrecroisées.

De tels segments correspondent à des métamères, comprenant chacun une cavité cœlomique dans laquelle des cœlomocytes libres sont présents. Ils sont isolés par des dissépiments comprenant au contact du liquide cœlomique un épithélium cœlomique, simple et pavimenteux, surmontant du tissu conjonctif fibreux et à droite des fibres musculaires lisses.
Les dissépiments sont parcourus de vaisseaux sanguins se présentant comme des masses circulaires, homogènes et intensément colorées.

Cet agencement corporel est caractéristique du groupe des Annélides, vers annelés, représentés notamment par le Lombric.

 

La structure massive de gauche est délimitée par un liseré continu et contient de nombreuses cellules circulaires, de dimensions diverses. Elles possèdent des noyaux de tailles variées et un cytoplasme hétérogène.
Il s’agit vraisemblablement d’un ovaire, gonade femelle assurant la formation des ovules, gamètes femelles.

La structure ondulée de droite apparaît formée de cellules hautes, jointives et organisées en une unique couche. Elles présentent une bordure apicale filamenteuse. Elles constituent un épithélium simple, prismatique et cilié.
Accolé au dissépiment, il semble se poursuivre le long d’une structure tubuleuse traversant la cloison.
Il représente le pavillon cilié de l’oviducte au niveau duquel les ovules sont pris en charge avant d’être acheminés vers l’orifice génital femelle.

L’ovaire et le pavillon de l’oviducte sont localisés dans le segment 13 et l’orifice génital femelle dans le segment 14.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Gorgees N. S. and Khalid V. A., 2017 – Histomorphology of the ovaries of the earthworm, Dendrobaena atheca Cernosvitov (Annelida, Clitellata: Oligochaeta). Journal of Morphological Science, 34, 3 : 178-185 (adresse : https://www.thieme-connect.de/products/ejournals/abstract/10.4322/jms.117817)
DOI : 10.4322/jms.117817

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Siekierska E., 2003 – The structure of the ovary and oogenesis in the earthworm, Dendrobaena veneta (Annelida, Clitellata). Tissue & Cell, 35 : 252–259
DOI : 10.1016/S0040-8166(03)00038-7

 


Portraits

Images et poésies


Albums d’images

Biodiversité urbaine
Le Souci

 

 

 

 

 

Délices histologiques
Panache de la Sabelle

À visiter

Des fleurs à notre porte