Codex virtualis
Qui sont ils ?
En-tête
Calendrier
avril 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Archives

Archives d’un auteur

Semaine 01-2020

Une citation

« On peut pas s’amuser à bâtir un monde meilleur pour les gens. Seuls les gens eux-mêmes peuvent se faire ça. Sinon, c’est une cage. »

T. Pratchett

 

Une image

 

L’équipe de Codex virtualis vous souhaite une belle année 2020.

Qu’elle vous apporte la liberté, la légèreté et la subtilité de la danse de l’Aplysie !

 

Pour en savoir plus sur l’Aplysie, consultez les articles des semaines 20-2014 et 21-2014.

 


Semaine 23-2019

Une citation

« Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était, et aie confiance en ce qui sera. »

Bouddha

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 23-2019 résulte de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x20 du microscope photonique.

Elle comporte une portion de structure approximativement ovale, délimitée par une paroi relativement épaisse et composite, entourée d’un espace semblant vide.
Le cœur de la structure apparaît vide, il correspond vraisemblablement à une lumière et la structure à un tube coupé obliquement.

 

La paroi du tube comprend au contact de la lumière une tunique continue et peu épaisse, dans laquelle des unités plates et ponctuées sont présentes, entourées de milieu granuleux. Il s’agit de noyaux, baignant dans du cytoplasme, l’ensemble constituant des cellules animales.

Les noyaux étant disposés en une unique couche, les cellules étant plates et jointives, la tunique correspond à un épithélium simple et pavimenteux.

Une fine enveloppe fibreuse borde l’épithélium extérieurement. Elle correspond à du tissu conjonctif fibreux.

Autour, des unités étroites et allongées, comportant un noyau plat et dont le cytoplasme est homogène, sont présentes. Elles sont parfois coupées longitudinalement et d’autres fois sectionnées transversalement. Ce sont des fibres musculaires lisses formant la tunique externe du tube, dans laquelle leur orientation est longitudinale ou circulaire.

 

Le tube dont la paroi est ainsi décrite est entouré d’une vaste espace semblant vide, duquel il est isolé par une couche continue de cellules relativement volumineuses, à noyau ovale et à cytoplasme peu dense. Localement, elles sont artificiellement décollées du tube.

L’espace vide est vraisemblablement une cavité liquidienne et la couche de cellules, l’épithélium la bordant.

De telles cavités liquidiennes, vastes et délimitées par un épithélium, existent dans le plan d’organisation des Annélides comme le Lombric, ou Ver de terre. Appelées cavités cœlomiques, elles sont présentes à raison d’une paire par segment corporel ou métamère, et fusionnent parfois en un unique espace. Elles contiennent du liquide cœlomique dans lequel baignent divers organes qui en sont isolés par un épithélium cœlomique.

 

Parmi les organes des cavités cœlomiques figurent les organes excréteurs, les métanéphridies, à raison d’une paire par métamère. Ils sont décrits dans l’article de la semaine 18-2019 de Codex virtualis. Il s’agit de structures ouvertes sur une cavité cœlomique d’un métamère n par un pavillon cilié, le néphrostome, et se poursuivant par un tube néphridien débouchant sur l’extérieur par un néphridiopore au niveau du métamère n+1.

Le tube néphridien est divisé en segments successifs, distincts par leurs diamètres, leurs structures et leurs fonctions. Ce sont le segment grêle, le segment moyen, le segment large et la vessie, ou segment musculeux, présentée ici.
En relation avec l’organisation de sa paroi, la vessie est responsable de l’expulsion de l’urine définitive, issue du traitement par les segments successifs de l’urine primitive formée au niveau du néphrostome.

Le néphrostome est illustré dans l’article de la semaine 17-2019, les diverses régions du tube néphridien dans ceux des semaines 19-2019, 20-2019, 21-2019 et 22-2019.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Goodrich E.S., 1932 – On the nephridiostome of Lumbricus. Quarterly journal of microscopical science, 75 : 165-179 (adresse : http://jcs.biologists.org/content/joces/s2-75/297/165.full.pdf)

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Ramsay J.A., 1949 – The site of formation of hypotonic urine in the nephridium of Lumbricus. Journal of experimental biology, 26 : 65-75 (adresse : http://jeb.biologists.org/content/jexbhttps://codexvirtualis.frio/26/1/65.full.pdf)

 


Semaine 15-2019

Une citation

« L’homme est une invention dont l’archéologie de notre pensée montre aisément la date récente. Et peut-être la fin prochaine. »

M. Foucault

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 15-2019 résulte de l’observation d’une coupe histologique à l’objectif x4 du microscope photonique.

Elle comporte une volumineuse structure centrale de forme ovale, répétée à droite, entourée d’un espace semblant vide et délimité par des cloisons fibreuses.
Dans la partie inférieure, un organe massif est présent.

 

La structure centrale est bordée d’une épaisse tunique continue autour de laquelle est située une fine couche dont l’organisation est indistincte à cette échelle. La tunique épaisse comporte de points basaux disposés sur un unique cercle, laissant à penser qu’elle est formée d’une assise de cellules dont les points sont les noyaux. Elle correspond vraisemblablement à un épithélium simple et prismatique.
Le cœur de la structure est occupé par des fibres denses et ondulées, associées à des amas homogènes.

Une telle organisation suggère qu’il s’agit d’une structure sphérique creuse coupée obliquement, délimitée par un épithélium entouré de tissus extraépithéliaux.
Son contenu est représenté par des cellules étroites et allongées, en l’occurrence peut-être des spermatozoïdes, et des produits de sécrétion coagulés en masses homogènes.

 

L’espace entourant cette structure, semblant vide, est vraisemblablement une cavité liquidienne.
Ses limites apparaissant fibreuses comportent des fibres musculaires. Elles sont délimitées au contact de la cavité par un étroit filet continu constitué notamment de tissu conjonctif fibreux.

Cet agencement est caractéristique de l’organisation corporelle des Annélides. Le long de l’axe longitudinal, elle comprend une succession des segments contenant chacun deux cavités cœlomiques remplies de liquide. Elles sont bordées par un fin épithélium simple et pavimenteux soutenu par du tissu conjonctif fibreux. Extérieurement il est au contact de la paroi corporelle, formée de muscles longitudinaux, à l’avant et à l’arrière de dissépiments également musculeux.

La coupe décrite a été confectionnée à partir d’un Lombric, ou Ver de terre, appartenant au groupe des Annélides oligochètes.

 

La structure centrale correspond à une spermathèque, également appelée réceptacle séminal, organe de l’appareil génital femelle. Il en existe deux paires, situées dans les segments 9 et 10 du corps.

Le Lombric est un animal hermaphrodite. Au cours de l’accouplement, les spermatozoïdes des partenaires sont échangés et les spermatozoïdes reçus sont stockés dans les spermathèques.

Lors de l’oviposition réalisée au sein d’un cocon produit par le clitellum décrit dans l’article de la semaine 24-2018 de Codex virtualis, ovules de l’individu et spermatozoïdes du partenaire stockés dans les spermathèques sont libérés.
La fécondation se déroulant dans le cocon est externe.

 

L’organe massif de la région inférieure de l’image est une vésicule séminale, appartenant à l’appareil génital mâle et décrite dans les articles des semaines 03-2019, 04-2019 et 05-2019 de Codex virtualis.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Grove A. J., 1925 – On the Reproductive Processes of the Earthworm, Lumbricus terrestris. Quarterly journal of microscopical science, 69 : 245-290 (adresse : http://jcs.biologists.org/content/joces/s2-69/274/245.full.pdf)

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

 


Portraits

Images et poésies


Albums d’images

Biodiversité urbaine
Le Souci

 

 

 

 

 

 

Délices histologiques
Panache de la Sabelle

À visiter

Des fleurs à notre porte