Codex virtualis
Qui sont ils ?
En-tête
Calendrier
avril 2020
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Archives

Semaine 31-2019

Une citation

« La curiosité des enfants est un penchant de la nature qui va comme au devant de l’instruction : ne manquez pas d’en profiter. »

Fénelon

 

Une image

 

Voir l’image de plus grande taille

 

Voir l’image légendée

 

L’image de la semaine 31-2019 résulte de l’observation d’une coupe histologique au microscope photonique, à l’objectif x40.

Elle comporte une structure composite globalement concave, entourant un espace vide. Trois ensembles la constituent : une épaisse couche superficielle formée d’unités juxtaposées, une tunique fibreuse sous-jacente, et une région ajourée en bas à droite.

 

Les unités de la couche superficielle sont de formes diverses, circulaire, ovale ou allongée. Elles contiennent une sous-unité le plus souvent ovale, mais parfois circulaire, finement ponctuée et baignant dans un environnement légèrement granuleux.
Une telle organisation est caractéristique des cellules animales, la sous-unité ovale ou circulaire correspond à un noyau, et son environnement au cytoplasme.

La couche superficielle apparaît constituée majoritairement de cellules accolées et borde un espace vide matérialisant le milieu extérieur. Il s’agit d’un tissu épithélial de revêtement.
Comportant de manière générale plusieurs assises de cellules, aussi hautes que larges en surface, il est qualifié de pluristratifié et cubique.

 

La tunique fibreuse située sous l’épithélium contient de petites cellules allongées dispersées dans un abondant matériel extracellulaire. Des espaces de faible dimension, délimités par une assise de cellules plates, y sont localisés.
L’agencement ainsi décrit est celui du tissu conjonctif fibreux, contenant des cellules isolées, les fibrocytes, et un matériel extracellulaire structuré par des faisceaux de fibres de collagène. Il est parcouru par des vaisseaux sanguins capillaires.

 

La région ajourée est formée de structures possédant une lumière bordée d’une paroi relativement épaisse, constituée de deux tuniques superposées. Au contact de la lumière, un épithélium simple et cubique est présent, entouré de fibres musculaires lisses entrelacées avec du tissu conjonctif fibreux.

Il s’agit de vaisseaux sanguins de type artériel, dont la juxtaposition forme un corps qualifié de caverneux.

 

L’image de la semaine 31-2019 ainsi décrite illustre l’organisation d’un septum branchial d’Élasmobranche, en l’occurrence de la Roussette.

L’appareil respiratoire branchial de la Roussette fait l’objet de l’article de la semaine 28-2019 de Codex virtualis et la structure des septums de celui de la semaine 29-2019.

Localement, entre deux lames branchiales, l’épithélium de revêtement pluristratifié et cubique des septums est interrompu par des régions concaves formées de cellules étroites, allongées perpendiculairement au plan de l’épithélium et dont l’apex est irrégulier. Leur base est au contact de cellules de forme circulaire ou plate, reposant sur du tissu conjonctif fibreux.
Cette organisation est caractéristique des fossettes sensorielles rencontrées dans les tissus superficiels des Vertébrés aquatiques. Les cellules sensorielles hautes, associées à des cellules de soutien, seraient des mécanorécepteurs sensibles aux mouvements de l’eau ou des chémorécepteurs sensibles à sa composition.

 

Pour en savoir plus, consulter :

les pages Premiers pas histologiques de Codex virtualis (adresse : http://codexvirtualis.fr/codex/de-lorganisation-interne/premiers-pas-histologiques)

Burkitt H.G., Young B., Heath J.W., 1993 – Histologie fonctionnelle Wheater. Arnette, 408p. Paris

Genten F., Terwinghe E., Danguy A., 2010 – Histologie illustrée du poisson. Quæ, collection Savoir-faire, 505p. Versailles

Heusser S., Dupuy H.G., 2015 – Atlas biologie animale. Dunod, 220p. Paris

Leake L. D., 1975 – Comparative histology, an introduction to the microscopic structure of animals. Academic press, 738p. London, New York, San Francisco

Wright D.E., 1973 – The Structure of the gills of the Elasmobranch, Scyliorhinus canicula (L.). Zeitschrift für Zellforschung und Mikroskopische Anatomie, 144, 4 : 489-509 (adresse : https://link.springer.com/article/10.1007/BF00307376)
DOI = 10.1007/BF00307376

 


Les commentaires sont fermés.

Portraits

Images et poésies


Albums d’images

Biodiversité urbaine
Le Souci

 

 

 

 

 

 

Délices histologiques
Panache de la Sabelle

À visiter

Des fleurs à notre porte